Bienvenue dans mon Blog - Welcome to my Blog

Vous aimez le Stoner , le heavy rock , le heavy psych , le rétro , le desert rock ? Vous devriez trouver ici votre bonheur parmi les quelques centaines de chroniques de groupe et d'album découvertes et partagées depuis 2010.

A+,

jeanmid

vendredi 17 juin 2016

Hjortene Split LP



Les danois Hjortene remettent le couvert cette année avec un Split LP partagé avec leurs compatriotes President Fetch. Cinq titres seulement mais toute la puissance de feu concentré dans ces quelques compositions . Le power trio a sorti l'artillerie lourde et les riffs en béton armé comme sur ce " Mand I  Sort " sur lequel les deux guitares s'en donnent à cœur joie , laminant gaiement nos tympans de ces notes graves et fuzzées . Encadrée par ces deux rouleaux compresseurs soniques auxquels se rajoute une batterie toute en percussion le chant trippé contraste à merveille avec l'ambiance électrique de l'ensemble . "Cayman Islands " ne lâche rien et nous rappelle le bon vieux temps où QOTSA faisait encore dans le stoner et non dans la pop commerciale . Des riffs fougueux qui vous rentrent dans le crâne à la première écoute mis en relief encore une fois par un tempo rageur et dévastateur . "Tantrum Sex " et sa rythmique survoltée portant ces riffs dégoulinants de fuzz haute densité . C'est concis et ça déménage à 100 à l'heure .  C'est intense et énergique . Le power trio conserve tout son jus et sa puissance  sur "Bad Moon " : du fuzz à profusion , une rythmique pesante , des guitares en fusion et un chant enragé avant de terminer sur un court  instrumental " Tantra", qui appelle une suite  . On l'attend avec impatience .
A écouter sur leur page BANDCAMP




Hjortene - President Fetch Split LP (2016)
1. Mand I Sort
2. Cayman Islands
3. Tantrum Sex
4. Bad Moon
5. Tantra (to be continued )


















A+,

jeanmid


vendredi 20 mai 2016

Kikagaku Moyo



Il était temps pour moi de revenir quelques instants sur cet excellent groupe japonais , Kikagaku Moyo . Difficile de coller une étiquette précise à ce collectif nippon  ( et mauvais , je sais ...) regroupant cinq musiciens talentueux . Le combo , formé en 2012  à Tokyo , mélange en effet le heavy psychédélique , le kraut , les influences orientales communiqué par  la cithare  et  le heavy rock des 70s pour un superbe cocktail musical inspiré . Prenez leur dernier album paru il y a quelques jours via le label Guruguru Brain : il présente neuf titres aussi variés qu'addictif . Comme ce " Green Sugar " avec cette ligne de basse omniprésente au groove incroyable auquel se rajoutent de savoureuses touches de guitares tout  en vibrations et un chant enchanteur qu'enrobe de subtiles notes de percussions . Le quintet est également doué dans l'élaboration de mélodies qui vous rentrent dans le crâne instantanément . Prenez "Kogarashi " où les notes semblent flotter autour de vous comme une vague de zénitude qui vous emporte . Ou ce "Old Snow , Wild Sun" sur lequel brille les notes aériennes de la guitare acoustique  - qui rappelle Led Zep de la grande époque - avec ce chant chorale vaporeux . Magnifique . J'évoquais la qualité des mélodies : écoutez " Melted Crystal " et fermez les yeux . Les notes  cosmiques lancinantes ne sont que douceur et pureté comme ce crystal en fusion : un pas vers la sérénité . "Dune " que l'on avait découvert live lors du Dunajam 2015 est ici en version raccourcie . Superbes mélodies multicolores soutenues par cette ligne de basse en fusion . Du grand art ! "Silver Owl " et ses 10 minutes d'ambiances psychédéliques desquelles surgit les notes charismatiques de la cithare . A nouveau cette voix venue de l'au - delà , légère et majestueuse . On se laisse bercer avec plaisir ."Trad " est un nouveau voyage magique mêlant passages folk et psychédéliques . De généreux chorus de guitares éthérés s'entrecroisent harmonieusement ; la section rythmique accélère le tempo dans la deuxième partie pour lancer  de superbes soli distordus et déchainés . L'album se termine sur  " Cardigan Song" , combinant une mélopée acoustique et une douce mélodie harmonique à la guitare électrique . Zen attitude garantie .
Un album plus que recommandable .
Profitez-en pour découvrir le reste de la discographie du groupe , du même acabit .
Le groupe devrait être présent sur quelques dates hexagonales en juin (Montpellier , Paris ) ; ne les loupez pas .
Page FB
BANDCAMP



Line-up :


  • Tomo Katsurada : chant, guitare
  • Daoud Popal : guitare
  • Ryu Kurosawa  :orgue , cithare
  • Kotsu Guy : basse
  • Go Kurosawa : batterie, choeurs





Discographie Principale :



House in the Tall Grass (2016)
1. Green Sugar
2. Kogarashi
3. Old Snow , White Sun
4. Melted Crystal
5. Dune
6. Silver Owl
7. Fata Morgana
8. Trad
9. Cardigan Song











Forest Of Lost Children EP (2014)
1. Semicircle
2. Kodama
3. Smoke And Mirrors
4. Streets of Calcutta
5. Hem
6. White Moon











Mammatus Clouds (2014)
1. Pond (live)
2. Never Know
3. There Is No Other Place
















Kikagaku Moyo EP (2013)
1. Can You Imagine Nothing ?
2. Zo No Senaka
3. Tree Smoke
4. Lazy Stoned Monk
5. Dawn

















A+,

jeanmid




samedi 30 avril 2016

Domadora - L'interview


INTERVIEW AVEC : DOMADORA

Le trio français a sorti il y a quelques jours son nouvel LP "The Violent Mystical Sukuma " ( chroniqué ICI ) et vient de terminer une tournée française en compagnie des ricains d'Ecstatic Vision .
Guillaume ,  William et Alex ont  eu la gentillesse de répondre à quelques unes de mes questions .
Crédit photos : Domadora et Patrick Baleydier ( j'espère n'avoir oublié personne )  .



StonerandMore : Pouvez- vous nous résumer les éléments marquants du groupe depuis la sortie de votre 1er LP " Tibetan Monk "?

William :
Des concerts très agréables avec des rencontres très agréables comme Earthless au Ferrailleur à Nantes ou Yawning man et fatso jetson au Glazart à Paris. Une tournée avec Steak et Crystal head très sympas ces anglais! Jammer dans la forêt au milieu de la nature ou en pleine nuit au pied des volcans d’Auvergne aux Volcano sessions. D'ailleurs en 2016, on va remettre ça dans des lieux encore plus insolites.
Un enregistrement de plusieurs jours à l'auditorium du Louvre dans des conditions extraordinaires. Et des rencontres très intéressantes Puis aussi des déceptions. La vie quoi..




StonerandMore
Pouvez- nous parler ce cette nouvelle galette ? 

William :
Nous sommes très fiers de cet album. Non pas seulement parce qu'il est le produit de notre travail, mais surtout parce que l'on estime qu'il est très riche en nuances, en émotions, en couleurs et en spiritualité. La performance technique n'a aucune importance une fois que l'on atteint un certain niveau. La technique doit être une base acquise et solide sur laquelle on marche. Ce qui est important c'est ce que l'on construit au-dessus de cette base, la signification de ce que l'on fait. Nous on croit à fond à l'aspect spirituel et magique de la musique. La musique exprime des choses, permet de voyager dans son esprit, permet de se déconnecter d'une réalité râpeuse, anxiogène et désagréable. On a choisi l'électricité et ce format de musique pour exprimer nos tentatives d'élévation spirituelle, une recherche d’hyper conscience. On y croit à fond. On ne fait surtout pas de la musique dans un but de frime et de posture artificielle ou pour imiter de près ou de loin et névrotiquement des idoles lointaines. On est fier de notre album car on pense que celle ou celui qui se posera et qui s'autorisera à écouter ce disque dans une contexte apaisé du début jusqu'à la fin, même comme un film qu'il regarde (ça doit être finalement la même démarche..) voyagera forcément dans sa tête, et ouvrira sans doute quelques portes. C'est un album destiné à ceux qui ne se mentent pas à eux-mêmes. "Sukuma" signifie "élévation" - La démarche vers une élévation est forcément violente et mystique. Prenez le temps d'expérimenter ça et vous comprendrez. Pour nous ces sons ne devraient pas servir à autre chose.
J'ajoute que l'on a choisi un artwork représentant une peinture de la série des grandes têtes du peintre René Pradez (1933 -2013). Ce visage est selon nous totalement en phase avec la musique de ce disque - Écouter la musique en fixant cette peinture procure une sensation de dialogue avec une énergie, une sorte de convergence de fluides énergétiques. Il faut donner une chance à ces sensations.


StonerandMore
Qu'est - ce que vous écoutez Alex, Guillaume et William sur votre pick up ou votre smartphone en ce moment ?

William :
J'écoute Domadora ; les futurs morceaux .
Alex
En ce moment j'écoute Amon Düül II et Led Zep, j'aime bien mater des lives du DunaJam sur le net aussi - ça a l'air bien cool ce truc .
Guillaume :
Pas grand-chose, je traîne sur le net, parfois, à écouter des ragas indiens, des chants mongols ou tibétains, ou Joy Division.

StonerandMore :
Question matos : guitares, effets, ... quelle est la panoplie utilisée en studio, en live ?

William :
Matos simple sans rentrer dans le détail - wah - disto - delay - et une petite B9 que l'on entend sur Jack Tripping. guitare Strat et Lespaul.
Alex :
Je suis pas endorsé alors on s'en fou héhé
Guillaume :
Toujours le même set up, ma Gibson Grabber avec un bass big muff et un peu de phaser comme sur Indian depression ou de l'octaver sur Jack Tripping et Rocking crash hero .


StonerandMore :
Un mot sur la scène heavy rock, stoner française, européenne que vous côtoyez.

William :
Il y a en France des perles de groupes que les orga françaises devraient plus développer au lieu de trop encenser et admirer les américains. (Même chose pour le public..)
Guillaume :
Y a tout le talent qui faut en France...

StonerandMore :
Les projets, les envies, pour 2016 ?

William :
Enregistrer des nouveaux morceaux, jouer dans des lieux improbables, trouver le schéma idéal pour continuer à développer le concept Domadora avec notre approche différente de la production musicale - rester en phase avec nous-même.
Alex :
Faire pleins de concerts pour montrer la puissance de la Domadora
Guillaume :
Jouez dans des fréquences tellement basses, qu'on ne m'entendra peut être plus, mais on me sentira...


StonerandMore :
Merci à tous les trois et longue vie à Domadora !






A+,

jeanmid

jeudi 21 avril 2016

Brutus



C'est avec un grand plaisir que je cède la place à l'ami Jo Riou qui nous propose aujourd'hui la  chronique du nouvel album du groupe scandinave Brutus ,  passé jusqu'alors malencontreusement à travers les mailles du filet du Blog .



Écouter un album de Brutus c'est toujours comme ouvrir une capsule temporelle qui serait remplie de vieux vinyles heavy rock des 70's. Et ce 3ème opus du groupe norvégo -suédois ne déroge pas à cette règle. Enregistré live en 4 jours, Brutus à pour but de vous faire voyager dans le temps mais de la façon la plus sincère et honnête qu'il soit. 
Pas de chichis ici, le son est pur, bien produit pour retranscrire toute cette énergie du live. Le groupe se fait plaisir et on retrouve toutes les références qu'on peut bien vouloir y trouver.
 Des riffs et une voix très Sabbathienne qui se font la passe pour plus d'impact et ça dès le départ sur « Wandering Blind » ou l'excellent « Creepin ». Structure que l'on retrouvera tout le long de l'album mais soigneusement mutée pour que l'on ne s'ennuie jamais. Comme par exemple des compos laissant la place à des plages plus posées et des sons plus bluesy comme sur « Whirlwind of Madness », « My Lonely Room » ou « Living in Daze ». Parfois d'autres morceaux plus mélancoliques,  qui font forcément penser à Graveyard, comme « Downing » ou « Axe Man ». Puis il y a cet enchainement « The killer » / « Blind Village » où l'esprit du Sabbath se fait encore plus sentir que jamais, mais qui explose ensuite comme si vous rouliez à tombeau ouvert sur une route , sortiez d'un tunnel mal éclairé pour vous retrouver en plein soleil,  cheveux au vent dans un désert entouré de cactus et de formations rocheuses, avec Tony Iommi et Steppenwolf en train de faire un bœuf sur les sièges arrière! 
Et c'est ça ce 3e album de Brutus, un plaisir coupable, mais un plaisir indéniable. On ne viendra pas écouter ce groupe pour son originalité, mais pour son énergie, son efficacité et ça sincérité. Que ce soit de la pochette, jusqu'aux intentions du groupe rien n'est surfait, rien ne ment, on est en mode voyage dans le temps et on adore ça !!!


Wandering Blind sort en Europe le 20 mai prochain et le premier single du groupe « Drowning » est dors et déjà disponible sur toutes les plateformes de téléchargement et en 45 tours chez Svartrecords.com

Site Web 


Line-up :
  • Jokke Stenby  : chant              
  • Johan Forsberg : guitare
  • Kim Molander : guitare
  • Knut-Ole Mathisen : batterie
  • Christian Hellqvist  : basse







Discographie principale :



Wandering Blind (2016)
1. Wandering Bling
2. Drowning
3. Axe Man
4. Whirlwind of Madness
5. The Killer
6. Blind Village
7. Creepin
8. My Lonely Room
9.  Living In a Daze









Behind the Mountains (2013)
1. The Witches Remains
2. Personal Riot
3. Big Fat Boogie
4. Blue Pills
5. Square Headed Dog
6. Mystery Machine
7. Crystal Parrot
8. Reflections
9. Can't Help Wondering Why








Brutus (2010)
1. Hypnotized
2. Solution
3. Feel Free
4. Golden Town
5. Spirit of Time
6. Swedish Lady
7. Hey Mama
8. Swamp City Blues














A+

jeanmid



dimanche 17 avril 2016

The Golden Grass - Coming Back Again




Parmi les groupes qui tiennent le haut du pavé dans le revival 70s on peut citer sans aucune hésitation The Golden Grass . Le trio américain qui nous avait déjà ravi avec  leurs précédentes galettes reviennent cette année avec un nouvel EP 6 titres "Coming Back Again " ( sortie le 22 avril via Listenable Records ) aux douces sonorités vintage qui vous transportera quelques dizaines années en arrière .  Des arrangements et une production aux petits oignons mettent parfaitement en valeur les qualités du groupe US  parmi lesquels des riffs finement ciselés associés à des mélodies raffinées , des voix et choeurs enchanteurs et une rythmique de haut vol .
En guise d'entrée le trio nous propose " Get It Together " qui donne le ton alternant entre riffs heavy rock acérés et mélodies captivantes . Rajoutez - y des chorus flamboyants  et des vocaux qui rayonnent de chaleur ( un peu à la Kiss des premiers albums ) et vous pourrez savourer  à l'envie cette superbe recette musicale . "Reflections in the Glass " et ce riff entêtant à la fois  dévastateur et à la fois empreint d'une belle légèreté entrainé par une rythmique au diapason et qui complète avec brio et finesse ce chant chorale . Un titre qui vous rempli d'allégresse .  "Shadow Traveler " nous balance une belle claque heavy blues rafraichissante . Un tempo enlevé  , l'harmonica , une guitare rythmique qui déborde de riffs jouissifs à la ZZ Top et des vocaux énergiques . En bonus un petit solo de Michael époustouflant sorte de croisement entre  Black Sabbath ,  Rush et les Allman Brothers . Magnifique !
Le bougre s'est aussi manipuler l'acoustique comme sur cet instrumental aérien - trop court - "Hazy Daybreak " . Le trio de Brooklyn ne lâche rien bien au contraire avec ce " Down the Line" . Une rythmique effrénée et virevoltante qui met parfaitement en relief des vocaux frénétiques qui vous ferons reprendre les refrains en choeur .Mais le meilleur est encore à venir avec ce riff incroyable à 2'49" qui vous prend de court et vous embarque dans la 4ème dimension et les cervicales avec . Nouveau prétexte pour Michael pour nous embarquer dans un chorus stratosphérique aux ambiances extraterrestres . Décoiffant !  Retour aux sources heavy blues avec " See It Through  " qui surfent sur les sonorités vintage et les rythmiques Rock'n 'Roll rétros . Un bain de jouvence salvateur et réjouissant à la sauce The Golden Grass avec la manœuvre rythmique un  Adam en pleine forme .
Bravo les gars !
Le groupe est actuellement en tournée européenne avec une prestation attendue au Freak Valley .
Page FB
BANDCAMP





Coming Back Again EP (2016)
1. Get it Together
2. Reflections in the Glass
3. Shadow Traveler
4. Hazy Daybreak
5, Down the Line
6. See It Through



A+,

jeanmid









vendredi 8 avril 2016

Domadora - The Violent Mystical Sukuma




Trois ans après leur premier album "Tibetan Monk ", le combo parisien revient cette année avec un nouvel opus intitulé " The Violent Mystical Sukuma " ( Sukuma est un mot  zulu  qui signifie élévation , se tenir debout , se redresser )  comblant ainsi une impatience non dissimulée  . Le groupe a pu mettre à profit ces dernières années pour écumer les scènes françaises et européennes , se bâtissant ainsi un sérieux follow up et un club de supporteurs internationaux . Il a pu également expérimenter de nouveaux titres , les peaufiner et finalement les enregistrer à l'auditorium du Louvre il y a quelques mois avant que les bandes partent en masterisation à Dallas dans les studios de Wo Fat . Domadora c'est tout d'abord les échappées lyriques et totalement débridées  de William sur sa guitare , suivi par une section rythmique imperturbable et à l'unisson personnifiée par Guillaume à la basse et Alexis  aux fûts ( nous n'oublierons pas de noter la participation de Karim sur 4 des 6 titres de cet album ) . Ensuite c'est un son brut , enveloppant et des riffs carnassiers qui décapent mais sans oublier ce groove incroyable . Enfin ce sont des compositions heavy rock bien trippantes majoritairement instrumentales qui prennent toute leur dimension en live .
"Hypnosis " attaque cet  LP avec la hargne qu'on leur connait . Un titre qui ressemble à un beau jam improvisé féroce de plus de 11 minutes où l'on sent les trois musicos donner tout leur jus . Côté sonorités on reste dans le heavy rock inspiré des 70s dans lequel baigne les oreilles du trio au quotidien . "Indian Depression " reste sur le même registre avec une tonalité plus bluesy où s'infiltre par moment l'esprit du  grand Hendrix notamment dans les soli échevelés de William qui se prête ici à quelques vocaux aériens . Un nouveau titre chanté avec " Rocking Crash Hero"  ou le chant , éthéré , contraste parfaitement avec une rythmique genre écorché vif  porté par un tempo infernal et un chorus décapant . Rythmique plus lourde et pesante sur " Solarium " où le power trio repart pour un superbe jam instrumental de 16 minutes . Eh oui pas de morceaux formatés pour la radio ici ! On en prend plein la tronche et on en redemande de ces notes qui dévalent le manche à MACH 2 . Mais le trio sait également nous  gratifier de beaux passages psychédéliques hallucinés avant de remettre la sauce comme une course effrénée et sans fin . "Girl With a Pearl Earring" est basé sur un riff entêtant qui vous rentre dans le crâne . Une mélodie qui flirte avec les notes aériennes et d'autres plus saturées soutenue par une rythmique monstrueuse . Beau boulot les gars !  Du côté chorus William s'en donne encore une fois à cœur joie avec ces descentes de gammes à vitesse grand V qui emplissent tout l'espace sonore en stéréo . Pour terminer l'album l' Octaver est de sortie pour cette intro en fusion de " Jack Tripping " . Le trio ne lâche rien et nous balance encore une belle série de riffs puissants préambule à de nouvelles tribulations de William - également auteur des  incantations sonores - soutenues par une main de fer par Guillaume  à la 4 cordes tandis qu'Alexis  enfonce le clou . Jubilatoire !
Site  WEB

Bandcamp


The Violent Mystical Sukuma (2016)
1. Hypnosis
2. Indian Depression
3. Rocking Crash Hero
4. Solarium
5. Girl With a Pearl Earring
6. Jack Tripping













A+ ,

jeanmid


Crédit : Patrick Baleydier

vendredi 1 avril 2016

Black Moon Circle - L'interview

 INTERVIEW AVEC : BLACK MOON CIRCLE

Le groupe norvégien vient de sortir son nouveau manifeste chroniqué ici- même il y a quelques jours . L'occasion pour moi d'échanger quelques mots avec Oyvin Engan , bassiste - chanteur du trio , notamment  sur le nouvel album , leurs projets  et la scène heavy rock actuelle .



StonerandMore :
Could you talk about  your new record "Sea of Clouds " ? The recording process in the studio ?
Black Moon Circle :
The 4 songs of Sea of Clouds were rehearsed and recorded during spring 2015.
As a band, we are into jamming, we jam together every time we play, and I think that is an important part of our music. So, when we go to the studio (we don``t have to go far, we record our music in our own studio), we try to make everything as relaxed as possible, we put all the amplifiers in the same room as the drums, therefor we can all see and hear each other, and that makes it easier to just go off in any direction. All these songs have structure, they are based on the vocals and the underlying guitar harmonix, but we leave lots of space for jamming, leave both space and time, thereby allowing whatever happendes the possibility to evolve.

Drums, guitars and bass were recorded live for all 4 tracks during a single day when we recorded the 4 tracks, went home for lunch, returned and did it once more and those takes ended up on the album. Then we added vocals, analogue synths and keyboards later last spring. So there is a lot of live playing going on and we don`t worry about separation between the instruments when we record, let it bleed......lot`s of nice bass & guitar sounds are recorded by the drum micropohones.



StonerandMore :
You seem to dig guitar effects usage ;  we can hear it  on of all of your tunes .. Kind of a Black Moon Circle "trademark " ? 
Black Moon Circle :
We love effects and use a lot of them on guitar and bass, there are fuzz, overdrive, echoes, delays, phaser, reverb, whatever it takes to get us in orbit. We also put delays on vocals and drums as well.......it`s all about creating space.

StonerandMore :
What are your main plans  for 2016 ?
Black Moon Circle :
We will play at the Roadburn festival in april and the Pstereo festival in august, in between that we`ll release the record and hopefully play some more gigs. We do everything our selves, DIY, so if you wanna hear us live, book the band and we`ll come out and play, that`s an open invitation !



StonerandMore :
Could you tell us about the current heavy rock scene ? What are the last records you bought ?
Black Moon Circle :
There are lot`s of great bands out there playing right now. The last 3 records I bought was Motorpsycho (here be monsters), Causa Sui (Euporie tide) and Psicomagia, all three are excellent, then there is the past, jazz, rock, blues, in any mixture or configuration, fast, slow, soft, hard, old school, psychedelic, I dig it

StonerandMore :
Thanks Oyvin .  I wish you all the best for Roadburn and full success with your new LP !














A+,

jeanmid

lundi 28 mars 2016

Mugstar



Voilà un groupe sur lequel je n'avais pas encore écrit dans ces colonnes alors le groupe est en activité depuis 2003. Mais je dois dire qu'il m'était impossible de passer sous silence les émotions partagées lors de l'écoute ( en boucle )  de leur dernier forfait discographique : Magnetic Seasons qui est sorti via Rock Action  début mars . Durant plus de 74 minutes , le groupe de Liverpool , y flirte avec le heavy psychédélique , le kraut et le space rock avec brio  . Neuf titres instrumentaux  hypnotiques et enchanteurs qui sentent bon l'improvisation et le free jam .
 " Unearth " démarre cet album avec cette mélodie entêtante comme un film d'horreur avant de lâcher ses riffs incendiaires et hallucinatoires ; s'y mêlent des chants ou cris incantatoires . Un jeu de basse énoooorme . Puis le tempo s'accélère subitement avant  un break à la Bonham qui nous ramène dans l'obscurité et dans l'inconnu avec ces mélodies mélancoliques et extra terrestres . Un bonheur ! Contrastant avec le titre précédent "Flemish Weave " nous offre une moisson de notes  légères et atmosphériques soutenues par une mélodie répétitive en totale apesanteur . Une nouvelle acceleration rythmique permet de développer cette ambiance sonore qui voit l'arrivée du clavier dont les notes apportent une énergie nouvelle et une dynamique inédite .
Ode à la lenteur et à la vitesse  avec " Time Machine " dont les notes lourdes  égrènent inlassablement le début du titre avant un progressif accroissement du tempo qui emballe les mélodies et les chorus effrénés . Retour à l'espace et au calme avec "Remember Breathing " . Pendant plus de 15 minutes le groupe anglais installe ces atmosphères cosmiques nimbées de nappes de synthés et de rythmiques mélodiques récurrentes  pour notre plus grand bonheur auditif pendant que les deux stakhanovistes de la section rythmique assurent le tempo comme des métronomes en lévitation . On est pris d'entrée de jeu par le tourbillon rythmique de la basse dès le début de "La Vallee" qui supporte admirablement les chorus vaporeux  des claviers et les soli psychédéliques des guitares . Fermez les yeux : vous êtes transporté au coeur de cette nature immaculée et paisible .. Un des temps fort de cet album est sans nul doute ce "Magnetic Seasons " qui laisse circuler un courant de douceur et d'apesanteur avec ses notes  fluides et  riches pour mieux flatter  nos sens et capter notre attention . "Regency Blues" est un autre moment de volupté où se mêlent harmonieusement une  basse éruptive au premier plan , des mélodies de guitare éthérées tout en réverbération , des subtiles notes de clavier et une batterie tout en touché et en finesse . Un régal ! On reconnait les sonorités du  Fender Rhodes dès l'intro de " Sky West And Crooked " qui nous transportent avec ses mélodies délicates et pleines de grâce . Les chorus mélodiques des guitares lui répondent en un parfait écho . Pour clore cet album le groupe nous offre un long titre de plus de 17 minutes  : "Ascension Island " ; une véritable expérience musicale et sensorielle entre improvisation et écriture spontanée . Une combinaison de quatre musiciens qui rappelle un peu les titres déstructurés et hallucinés des Floyd au début des années 70  dans Middle , Atom Heart Mother ou  encore Ummagumma . Une succession de mouvements débridés et répétitifs où chaque instrument ne fait bientôt plus qu'un pour  compléter la partition de l'autre et sublimer l'ensemble . Magique .
Site web
Le groupe ne passant pas chez nous vous pourrez vous consoler en écoutant l'album ICI



Line-up :


  • Pete Smyth : guitare , claviers
  • Neil Murphy : guitare
  • Jason Stoll : basse
  • Steve Ashton : batterie







Discographie sélective :






Magnetic Seasons (2016)
1. Unearth
2. Flemish Weave
3. Time Machine
4. Remember the Breathing
5. La Vallee
6. Magnetic Seasons
7. Regency Blues
8. Sky West Crooked
9. Ascension Island










Ad Marginem (2012)
1. Rite
2. Memorial
3. Island / Red
4. Death Hunter
5. Memorial (Recapitulation)
6. Inquisition
7. Rite II












Centralia (2012)
1. Part 1 : Warriors - Cabengo - Drawing Cable - Windstock
2. Part 2. Centralia - Galico - Gag - Canvas















Axis (2012)
1. Black Fountain
2. Hollow Ox
3. Tangerina
4. Inearth
5. Axis Modulator
6. Upturnsidedown
7. Vehicles of Spain












Lime (2010)
1. Sunburnt Impedance Machine
2. Serra
3. Radar King
4. Beyond the Sun
















Sun Broken (2010)
1. Technical Knowledge as a Weapon
2. Ouroboros
3. Labrador Hatchet
4. Today is the Wrong Shape
5. She Ran Away With My Medicine
6. Furklausundbo












Mugstar (2006)
1. My Baby Skull Has Not Yet Flowered
2. CrempoSmultron
3. It Was Too Cold to Go Looking for Brancusi
4. Good Posture vs. Bad Posture
5. Floatation Tank
6. Subtle Freak
7. Man With Supersight
8. Children of the Gravy

















A+,

jeanmid










vendredi 25 mars 2016

Black Moon Circle - Sea Of Clouds




Le groupe Black Moon Circle est de retour cette année avec un nouvel opus "Sea Of Clouds " .qui sortira en version vinylique via Crispin Glover Records mi avril . Quatre titres mais près de 40 minutes de heavy rock cosmique . Un album plus bluesy et plus "classic rock " que les précédents mais à la manière du trio norvégien : puissant et incandescent !
Comme à leur habitude les compositions ont été capturées Live en studio , en une journée , en juin dernier , pour plus de spontanéité et d'authenticité .
"Lunar Rocket " démarre cet album comme la slide descend le manche de guitare . Ambiance roots bluesy donc avec quelques sonorités hyper graves qui donnent  cette puissance phénoménale aux riffs . Complètent l'artillerie une section rythmique en pleine ébullition , un chant mélodique parfaitement dans le tempo  ...et bien entendu les effets pyrotechniques analogiques - véritable marque de fabrique du groupe . On reste sur cette même tonalité bluesy pour le démarrage de "The Magnificent Dude " mais très vite les envolées majestueuses des riffs de Vemund prennent le dessus . Des riffs venus d'ailleurs mis en relief par l'imperturbable basse d' Oyvin  suivi comme son ombre par Per Andreas  à la batterie . La suite est une succession de chorus corrosifs complétés par de belles touches de claviers aux accents vintage . "Moondog" capte  cette nostalgie des soirées chaudes de l'été où , au son du tambourin ,  tout le monde danse autour du  feu qui crépite et rougeoit . C'est donc au  rythme du tambourin que se développe en toute légèreté les différentes mélodies de ce morceau . Egayées par ces refrains colorés et joyeux , des notes hypnotiques de guitare qui planent en toute impunité renforcé par les oscillations aériennes du synthé . En bonus un beau solo tout en descente de gammes à la vitesse de l'éclair . "Warp Speed " , titre fleuve de plus de 13 minutes prend le relai : un tempo empesé auquel fait écho ses riffs de guitare torturés et répétitifs ; la basse , lancinante et implacable , est omniprésente . Durant la deuxième partie du morceau,  Vermund déboule avec  un chorus ravageur , que n'aurait pas renié Isaiah Mitchell , très typé Hendrix  version  totalement survoltée et débridée  entrainant avec lui  sur son passage , une batterie éruptive comme une basse euphorique .
Un album à ne  louper sous aucun prétexte !






Sea of Clouds (2016)
1. Lunar Rocket
2. The Magnificent Dude
3. Moondog
4. Warp Speed













Page FB
BANDCAMP



A+,

jeanmid





lundi 21 mars 2016

Looking Glass - Volume 4



Le groupe australien revient cette année avec un nouvel album , 5 ans après leur dernier opus "III" chroniqué  ICI . "Volume 4 " n'est pas qu'un simple hommage à Black Sabbath ; on retrouve , parmi les 12 titres , certes du stoner pur jus mais le trio y ajoute quelques zestes de folie et des  sonorités originales comme ces notes de clavier vintage sur la deuxième partie de "Before I Hang " qui démarre en fanfare cet album . Une bonne paire  de riffs ultrafuzzés supportés par un tempo infernal avec cette intermède étonnant apporté par un clavier groovy qui prouve que le groupe a plusieurs cordes à son arc ."Ghost of a Hand "calme en partie le jeu avec une première section plus calme où les notes mélodiques de Marcus sont claires et tout en réverbération . Le fuzz reprend le dessus à partir de 2'' pour lancer ensuite un superbe solo à la wah wah qui déboule à vitesse grand V dans nos oreilles . Un petit intermède épique et classique avant d'attaquer "Second Winter " qui lâche ses décibels et sa section rythmique implacable tel  un char d'assaut dans la bataille . De beaux vocaux puissants et totalement habités complètent la panoplie . Pas de relâchement avec " Sleeper Cell " . Le tempo est délicieusement survolté , les riffs de guitare en ébullition et les chants de Marcus comme ensorcelés par une force obscure qui agit également sur ses doigts lors de la réalisation d'un petit solo rapide et efficace  . "Bred in Captivity " est le titre le plus long de cet album . Durant plus de 11 minutes le power trio nous propose une épopée musicale alternant entre  différentes atmosphères :  tantôt mélodieuses et aériennes tantôt puissantes , au tempo enlevé  et aux sonorités tranchantes . Pour ma part la partie que je préfère arrive à partir de 6'20'' : décollage garanti avec ces mélodies vaporeuses comme l'air  et ces magnifiques chorus éthérés . Je ferme les yeux pour mieux apprécier ce moment de plénitude sensoriel . Il est temps de se réveiller :  "Reprisal " va vous  secouer les cervicales avec ces riffs rythmés par l'esprit de Black Sabbath . On apprécie les notes de basse virevoltantes  de Lachlan Paine  qui supportent à merveille les soli endiablés de Marcus . Clinton Paine n'est pas en reste qui malmène ses fûts comme un enragé . Nouvelle intermède acoustique avant "The Hearse " qui égrène ses petits riffs mélodiques méthodiquement et sans concession avant l'arrivée soudaine du clavier , prétexte à un chapitre plus bluesy renforcé par quelques belles notes de guitare du même acabit . Dernier "trou normand" musical avec l'irruption fantasmagorique et chaotique "Chorozon Rizing" qui précède "The Dirge " , titre de plus de 8 minutes , où l'on retrouve un tempo plus lourd et une ambiance plus noire que met en relief ces riffs graves et répétitifs . Le chant se fait plus mélancolique et hanté par de nombreux démons . "Beneath Golgota " , qui clôt cet opus , est son anti thèse avec ces riffs addictifs et sa rythmique énergique . Le bonus est apporté par ces superbes soli en apesanteur . On en redemande .
Un album à découvrir d'urgence !
Page FB
Page Bandcamp







Volume 4 (2016)
1. Before I Hang
2. Ghost of a Hand
3. Alchemist of Prague
4. Second Winter
5. Sleeper Cell
6. Bred in Captivity
7. Reprisal
8.17 Skulls
9. The Hearse
10. Chorozon Rizing
11. The Dirge
12. Beneath Golgota







A+,

jeanmid






samedi 12 mars 2016

INTERVIEW AVEC PATER NEMBROT

INTERVIEW AVEC : PATER NEMBROT


Bonjour à tous . Une fois avec n'est pas coutume vous trouverez une interview avec le groupe italien Pater Nembrot dont le dernier opus a été chronique il y a peu  ici . .Le groupe  revient notamment sur sa carrière , ses influences tant au niveau des textes que de la musique et nous parle de ses projets pour 2016 et de la scène italienne actuelle . Philip Leonardi , le guitariste et chanteur du quatuor s'est prêté au jeu des questions - réponses .
A mes amis français : le groupe recherche des salles en France pour étoffer sa prochaine tournée européenne qui démarre en septembre et faire ainsi une première incursion dans l'hexagone . A bon entendeur ...




 
 
 
 
 
 
 
 
 
StonerandMore :Guys could you please sum up the history of the band ?
Pater Nembrot :PATER NEMBROT FORMED IN 2004FROM THE ASHES OF TWO PREVIOUS BANDS:
HAPPY MURDER (PHILIP) AND WISH OF TO CHANGE (JACK).
WE DID A COUPLE OF SHOWS WITH ME ON DRUMS BUT WE SOON UNDERSTOOD WE WERE IN NEED OF 
A REAL DRUMMER.
CLARENCE JOINED THE BAND SOON AND EVERYTHING WENT ON QUITE GOOD FOR AT LEAST 10
YEARS! IN THE FIRST PERIOD WE PLAYED TOGETHER, WE MADE A COUPLE OF DEMOS AND DIY 
RECORDS . 
THEN WE RELEASED OUR FIRST OFFICIAL ALBUM IN 2008 THANKS TO LEO AT GO DOWN RECORDS .
THAT WAS OUR LAST PIECE OF MUSIC SUNG IN OUR OWN LANGUAGE, ITALIAN. 
ACTUALLY IT WAS GOOD AND LET US TRANSMIT A MUCHMORE POLYEDRIC MESSAGE I THINK,
BUT WE DECIDED TO TURN THE LYRICS IN ENGLISH, MAYBE JUST BECAUSE WE WERE TIRED OF IT.
 
WE TOURED QUITE A LOT FOR THE PROMOTION OF “MANDRIA” . IN ITALY AND GERMANY AND THAT
 WAS THE FIRST TIME WE MET SAMSARA BLUES EXPERIENCE . GOOD FRIENDS, COOL GUYS AND 
GREAT MUSICIANS...IN 2011 WE PUBLISHED OUR SECOND ALBUM,"SEQUOIA SEEDS" AND WE 
WERE THRILLED TO SPEND A COUPLE OF DAYS WITH A REAL LEGEND FOR US, 
ENZO VITA FORMER AND GUITARIST OF "IL ROVESCIO DELLA MEDAGLIA", ONE OF THE MOST I
MPORTANT ITALIAN PROGRESSIVE ROCK BAND EVER . TOGETHER WITH PFM, OSANNA AND NEW TROLLS. 
IN 2013 WE RELEASED AN EP CALLED "EXTENDED PYRAMID", PLAYED AGAIN IN GERMANY, AUSTRIA,
 SWISS, HOLLAND, MET A LOT OF NEW FRIENDS AND COOL PEOPLE ON THE ROAD. 
IN 2014, AFTER A DECADE OF BEING A POWER TRIO, WE DECIDED IT WAS THE RIGHT TIME TO 
INTRODUCE SOMETHING NEW IN THE BAND ; SO WE STARTED LOOKING FOR A SECOND GUITARIST 
AND THEN RAMONA JOINED. 
WE SPENT ALMOST ONE YEAR REHEARSING AND ADJUSTING ALL THE MUSIC IN ORDER 
TO BE READY FOR NEW LIVE SHOWS, IN THE MEANTIME WE HAD SOME SPOT 
APPEARANCES - THE BEST ONE WAS IN GREECE AT FUZZTASTIC FESTIVAL 2014 FOR SURE. 
FINALLY WE DID IT, HAD OUR 3RD FULL LENGHT CALLED "NUSUN" WITH A NEW LINE UP 
AND WE ARE NOW PLAYING IT LIVE ACROSS ITALY!



StonerandMore : Any line-up changes so far ?
Pater Nembrot : THE MOST IMPORTANT LINEUP CHANGE FOR US HAPPENED IN 2014 WHEN RAMONA 
JOINED US ON GUITARS. WE ALL LOVE HER TUNES, HER MUSICALITY AND HER POINT OF
VIEW ON ARRANGEMENTS AND RIFFS . 
SHE LITERALLY BROUGHT US MUCH MORE ENERGY AND SOUND ESPECIALLY DURING OUR LIVE SETS. 

StonerandMore : Your main musical influences ? 
Pater Nembrot : A LOT.I COULD SAY I FIRST FELT IN LOVE WITH MUSIC LISTENING TO GRUNGE 
 AND PUNK ROCK. MY FAVORITES AT THE TIME WERE NIRVANA , ALICE IN CHAINS , MADSEASON ,
 SOUNDGARDEN , SONIC YOUTH AND SCREAMING TREES .
HAD MY PROGGY AND KRAUTY PERIOD ;I LITERALLY CONSUMED RECORDS LIKE "UT" BY "NEW TROLLS"
 OR "ELECTRONIC MEDITATION" by "TANGERINE DREAM" .I LOVE EXPERIMENTAL MUSIC, MADE BY
 MUSICIANS WHO LOVE TO BE THEMSELVES WITHOUT MOCKING ANYONE ELSE. WHO'D SAY "IT'S 
BETTER 
TO FAIL IN ORIGINALITY THAN SUCCEED IN IMITATION" . ALL THE MUSIC SHOWING THIS KIND 
OF ATTITUDE IS THE KIND THAT THRILLS ME MOST .



StonerandMore: Could you describe the new LP ? The tracks , the lyrics ? 
 
Pater Nembrot : WELL, IT'S DIFFICULT TO DESCRIBE THIS (ANY?) ALBUM ONLY WITH WORDS, 
BUTI'LL TRY. 
IMAGINE A PLANET OUT OF TIME AND SPACE , WHERE GIANT SQUIDS HIDE IN THE DEEEP SEAS , 
MAGICIANS , AMAZONS AND BOWMEN FIGHT DIFFERENT BATTLES , STEAM ENGINE AIRCRAFTS FLY 
WHILE MUDDY RIVER'S WATER FLOWS . THEN IMAGINE SOMEWHERE A STAGE AND A BAND PLAYING  
MUSIC ON IT. THAT BAND WOULD BE PATER NEMBROT PLAYING ALL THE SONGS OF OUR NEW ALBUM 
"NUSUN".
MORE DIRECTLY, NUSUN HAS BEEN WRITTEN IN A VERY INTENSE PERIOD FOR ALL THE MEMBERS 
OF THE BAND. FAMILY ISSUES, HEALTH ISSUES, WORK ISSUES, EVERYTHING SEEMED TO HAPPEN 
AT THE SAME TIME . WHILE DIFFERENT - EVEN OPPOSITE - FEELINGS AND EMOTIONS COEXISTED 
BETWEEN US IN THE BAND . AND THAT MAYBE HAPPENED BECAUSE BEFORE BEING A BAND WE ARE 
GOOD FRIENDS. 
I THINK THAT ALL THESE ATMOSPHERES WERE CANALIZED INTO THE MUSIC AND THE SONGS OF 
NUSUN, WHICH IS ACTUALLY A RECORD ABOUT PARADOXES, BIRTH, HEALING, ATHEISM AND 
SPIRITUALITY. 

StonerandMore : What´s the creation process ? Who's doing the lyrics , who's composing the music ?

Pater Nembrot : I USUALLY BRING THE FIRST IDEA, THE FIRSTRIFF, AND I USUALLY WRITE 
LYRICS TOO, GENERALLY AFTER THE SONG HAS BEEN FINISHED, IF VOCAL PARTS ARE REQUIRED. 
 THEN THE BAND STARTS DIGESTING THAT FIRST IDEA, CHANGING IT, ADJUSTING IT, SHAPING IT,
 JUST UNTIL IT IS OK FOR EVERYBODY. 
IF YOU WANT IT TO BE EXACTLY HOW YOU FIGURED IT...YOU HAVE TO BE READY TO ARGUE! 

StonerandMore : What about the italian heavy rock scene today ? It seems to us quite busy with gigs , 
active labels , a lot of bands ...
Pater Nembrot : THERE ARE A LOT OF COOL ITALIAN BANDS AROUND, HEAVY LIKE THREE EYES 
LEFT, CLASSIC LIKE SMALL JACKETS OR MORE PSYCHEDELIC LIKE ANANDA MIDA. 
ACTUALLY THERE ARE A LOT OF SCENES. THERE'S A LOT OF UNDERGROUND...WHAT IS MISSING
 MAYBE IS THE ABILITY OF GETTING TOGETHER, A LITTLE BIGGER, MAKING COOL FESTIVAL LIKE 
IT HAPPENS IN GERMANY FOR EXAMPLE IN ORDER TO LET THE WHOLE SCENE GROW...


StonerandMore :What are you plans for 2016 ? 
 
Pater Nembrot : WE WILL BE TOURING ACROSS ITALY UNTIL MAY/JUNE. 
THEN, WE ARE STARTING PLANNING A EUROPEAN TOUR FOR SEPTEMBER - OCTOBER AND THINKING 
ABOUT A VINYL VERSION OF THE ALBUM. SO WE'LL START SOON TO LOOK FOR A LABEL INTERESTED 
TO JOIN US IN THIS PROJECT. 
ABOUT THE TOUR, WE ACTUALLY NEVER PLAYED FRANCE AND THIS COULD BE THE RIGHT OCCASION 
TO DO THAT! 
IF YOU LIKE OUR MUSIC AND WANNA HELP, JUST SUGGEST US SOME COOL CLUB OR VENUE WHERE
 WE CAN BRING OUR MUSIC, 
THAT WOULD BE SUPER APPRECIATED!

StonerandMore : Hope to see you in France . Good luck for your new Lp and upcoming tours !


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A+

jeanmid