Bienvenue dans mon Blog - Welcome to my Blog


Welcome to my Blog which is also yours !
Stoner Rock / Desert Rock / Heavy Rock / Hard Blues Rock / Heavy Psych / Sludge ...and More are always welcomed here !
It's before all a site to share news , ideas , stuff , ..have fun !!

A+,

jeanmid

samedi 21 mars 2015

Concert The Scrap Dealers / La Hell Gang / Dead Meadow Paris 20 mars 2015




Belle affiche internationale ce vendredi soit à La Maroquinerie : des belges , des chiliens et des américains . Mais avouons le on est là pour Dead Meadow  , les précurseurs du psych stoner à la sauce US . Début des hostolités vers 19H45 avec le combo belge The Scrap Dealers  : 5 jeunes musiciens sur scène , 3 guitares , 1 basse et 1 batteur . Un show plus qu'honnête d'une 1/2 heure tapante mais avec un son très moyen qui n'a sans doute pas contribué à mettre en valeur les compos du groupe . Mélange de Heavy psych , rock garage  avec un ou deux titres qui sortent du lot .
The Scrap Dealers
Des musiciens pas avares  côté présence physique mais malheureusement rien d'euphorique . La foule parsemée ne s'y est pas trompée.  Un groupe qui a encore besoin de maturité ...Quelques minutes et.. quelques bières plus tard c'est le tour des chiliens de La Hell Gang d'entrer en scène . Le trio qui fait partie de la mouvance néo psyché chilienne avec des groupes comme The Holydrug Couple nous délivre un bon set de rock psychédélique agrémenté de beaux riffs bien fuzzés et d'une section rythmique parfaitement à la hauteur . Le groupe nous fait découvrir certains titres  du dernier LP "Thru Me Again",  ici en version plus énergique ; on sent même  la tension et l'intérêt monter progressivement dans le public lorsque  le groupe entame un long titre aux allures de jam vers la fin du set .
La Hell Gang
Cabala , le guitariste chanteur manie parfaitement la wah wah et sa Strat mais n'est pas très communicatif avec le public ; c'est le moins que l'on puisse dire . Bref  ça manque un peu de chaleur mes amis sud américains !
Dead Meadow
Bon passons aux choses sérieuses :  Dead Meadow . La salle s'est remplie quasi instantanément . Les trois ricains sont en forme et ça se voit : un bassiste qui saute partout en battant la mesure , un batteur qui excèle aussi bien dans les rythmiques effrénées que dans les tempo lourds et bien sûr M. Jason Simon qui balance ses chorus venus d'ailleurs à grand renfort de wah wah et de delay . Du grand art !
L'alchimie avec la musique comme l'ambience dans le public est à son comble ; je vois même quelques pogoteursqui qui se dégourdissent les jambes  dans la fosse ! Un set professionnel qui reprend l'essentiel de la discographie du groupe entre compositions stoner fuzzées et rock psychédélique endiablé ; le power trio  revient pour deux rappels et l'émotion est palpable dans la salle survoltée  notamment lors du magnifique " Greensky Greenlake " .
Un pur régal !








A+,

jeanmid





mercredi 11 mars 2015

The Muggs -Straight Up Boogaloo



Un nouvel album du groupe américain The Muggs ( que je vous avais dèjà présenté ICI  en 2011 - à noter la présence d'un nouveau batteur Todd Glass sur ce nouvel  opus )  est toujours un petit plaisir en soit . Ce nouvel album intitulé  «  Straight Up Boogaloo » ( sortie prévue le 21 mars ) contient pas moins de 12 titres ! On y trouve pèle mêle une véritable  playlist  hommage aux principales influences du groupe : les Beatles , Black Sabbath et Fleetwood Mac  mais aussi des compositions originales qui reflètent l’éclectisme du  power trio de Détroit  :  du blues , du heavy rock fuzzé et du rock plus " roots" . Un album varié sans compromis avec  la qualité  !
Concernant les trois  reprises :  outre une cover des Beatles bluesy , un « Tomorrow’s Dream » du Black Sab qui permet à Danny Methric de s’essayer aux notes graves grâce à un accordage en Do #  - Danny a d’ailleurs prévu deux  guitares accordées différemment pour les tournées à venir -  j’ai envie d’attirer votre attention sur la magnifique reprise de  « Rattlesnake Shake » période Peter Green’s Fleetwood Mac ( la seule véritablement interessante non ? ) qui , cerise sur le gâteau est ici jouée notes pour notes dans ce qui est sans doute sa plus belle  version ,que je connaisse ,  celle du fameux Live Boston 1970 . Un véritable joyau qui fait écho au " Fleetwood Mac « tribute band "  dans lequel joue nos trois compères en compagnie de Brett Lucas depuis 1999 . Un grand moment ! Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin : d’autres perles restent à découvrir comme ce « Applecart Blues » avec son tempo enlevé , ses riffs heavy blues corrosifs et son chant énergique qui ouvre le bal suivi par « Fat City » qui met la direction sur le groove ,  les chorus répétitifs aux sonorités typées 70s , une voix enjôleuse et colorée  et de somptueux  choeurs chorales . Une délicieuse sucrerie ! Sur «  Lightning Cries » l’influence des 70s est encore plus manifeste  ; les riffs légèrement  saturés glissent à merveille dans vos oreilles ... « Spit and Gristle » est du même acabit : un titre ramassé sur 4 minutes avec des chorus aux sonorités délicieusement vintage qui ne sont pas sans rappeler Led Zep – je suis d’ailleurs étonné  qu’il n’y ait pas une reprise d’un de leur morceau sur cet album ; ce sera pour le prochain LP n’est-ce pas les gars ? Si vous aimez les riffs qui rentrent dans le crâne à la première écoute je vous conseille les deux   «Roger Over and Out » . Si la première partie (A)  distille quelques riffs de guitare saturés pas piqués des hannetons auxquels  le trio a rajouté  quelques effets dignes de Star Wars la deuxième partie (B) joue le registre acoustique avec des accords mélodieux qui n’auraient sans doute  pas déplus à Jimmy Page...
Les 2 derniers titres «  Straight Up Boogaloo » et « Blues for Mephistopheles »  apportent  leur petite touche bluesy avec une mention spéciale  pour « Blues for Mephistopheles » et son tempo faussement enjoué qui mixe subtilement la rythmique acoustique , un chorus de toute beauté et quelques chuchotements aériens .
Bref vous l’aurez compris un album à se procurer les yeux fermés !
Lien utile : Site Web
Page FB



Straight Up Boogaloo (2015)
1. Applecart Blues
2. Fat City
3. Lightning Cries
4. Spit And Gristle
5. Roger Over And Out A
6. Roger Over And Out B
7. Blues For Mephistopheles
8. Tomorrow's Dream
9. Straight Up Boogaloo
10. Rattlesnake Shake
11. Yer Blues
12. Theotis Toddlinski Outtakes






A+,

jeanmid






vendredi 20 février 2015

Nouveautés H42



Petit zoom ce mois - ci sur les nouveautés du label H42 Records en ce début 2015 . Toujours aussi active depuis 2013 la maison de disques allemande basée à Hambourg spécialisée dans les disques vinyles 7'' nous propose ce mois - ci deux belles galettes  :
- un split avec le groupe anglais Enos et le groupe finlandais Mangoo sortie prévue le 26 mars prochain
- un split avec le groupe US Mos Generator et le groupe teuton Daily Thompson sortie prévue le 26 avril .

Outre son éclectisme je dois saluer Jürgen Berndt et son équipe pour la qualité des titres inédits proposés comme pour  l'originalité des pochettes . De beaux objets dans ce monde si dématérialisé !

Prenons Enos le groupe de Stoner Rock anglais aux touches psychédéliques qui nous avait bluffé avec l'album All Too Human chroniqué ICI . Ils nous proposent avec "Son of a Gun "  un superbe morceau qui vous embarque dans une rythmique frénétique tout en percussions , une flopée de riffs monstrueux que rehaussent quelques notes de claviers .En prime un solo dantesque avec en background de belles circonvolutions d'effets psychédéliques et un chant coloré et énergique .Ça commence fort ! Mangoo avec " The Grey Belly " relève parfaitement le défi . Dans un style très inspiré du heavy rock des années 70  : guitares fuzzées et légèrement saturées tout en harmonie  , refrain chorale et chorus jouissif , un titre qui nous délivre une bonne dose d'émotion comme on les aime !


1. Enos " Son of a Gun"
2. Mangoo "The Grey Belly"









Deuxième album avec le groupe ricain bien connu Mos Generator accompagné pour l'occasion par le groupe allemand basé à Dortmund , Daily Thompson . Cerise sur le gâteau H42 ajoute au vinyle  7'' une petite cassette avec 4 titres supplémentaires ...Allez regardons cela de plus près . Mos Generator tire le premier avec " Vol IV " , concentré de groove en barres . Des riffs récurrents parfaitement calibrés et fortement dosés en Fuzz , une rythmique - basse +  batterie - qui assure parfaitement le tempo à grand renforts de frappes chirurgicales . Un titre tout en énergie qui décoiffe . Daily Thompson prend le relai avec " Spit Out the Crap "  . On est tout de suite enveloppé par un déluge de riffs en stéréo  répétés à l'envie , la rythmique au diapason finissant d'enfoncer le clou ; le chant n'est pas en reste crachant plus que chantant sa hargne comme si sa vie en dépendait . Un titre furieux et fougueux qui donne la pèche et l'envie de bouger la tête en cadence .


1. Mos Generator "Vol.IV"
2. Daily Thompson "Spit Out the Crap"

Bonus K7
1. Mos Generator "Slow Moody"
2. Mos Generator "Early Mourning"
3. Daily Thompson "Mothmann"
4. Daily Thompson "Lifetime"



Concernant les quatre titres bonus deux ont surtout retenu mon attention : le titre livre inédit " Early Mourning " enregistré live au Freak Valley l'année dernière . Le son est ÉNOOORME . Les riffs de guitares sont tranchantes , la batterie détonante , la basse vibrante et le solo corrosif à souhait . Ça a du secouer fort dans la fosse à ce moment - là !  Du côté de Daily Thompson " Lifetime " extrait de leur dernier LP éponyme  est un très bon morceau de Heavy Blues groovy à souhait avec des riffs qui font mouche , un chant "roots" qui sent la sueur et la poussière . Une composition qui donne sérieusement envie d'aller (re) découvrir leur album paru en 2014 .

Liens utiles : 

  • Page Facebook Daily Thompson : ICI 
  • Page Facebook  Mos Generator : LA



A+,

jeanmid



samedi 14 février 2015

Blown Out




Blown Out est un groupe anglais qui nous vient du Nord de l'Angleterre plus précisément de Newcastle . Le power trio qui s'est formé en mars 2014 ( on trouve notamment en son sein le guitariste de Bong )  n'a cessé d'enregistrer  depuis ses longs jams aériens . Déluges de guitares ultra fuzzées , reverb à gogo , des lignes de basse acérées et une batterie incandescente sont quelques uns des ingrédients de ce groupe prolifique avec pas moins de cinq albums déjà parus et trois nouvelles galettes attendues pour cette année : une via Golden Mantra ( sortie prévue le 23 mars prochain ) , un cassette diffusée par Box Records le 10 février dernier et  une autre via Oaken Palace Records ( probablement au printemps ) maison de disque  qui  , précisons - le , donne 100% de ces profits à la cause animale et plus spécialement aux  espèces en danger . L'année 2015 promet d'être chargée !
Les longs  instrumentaux du trio joués pour la plupart live ont en commun  un esprit rock psychédélique avec des sonorités lourdes venues du fond de l'espace  et des mélodies répétées à l'infini tels les meilleurs ouvriers stakhanovistes du régime soviétique  afin de mieux laisser le chant libre aux chorus hypnotiques de Mike . Afin de mieux apprécier leurs titres deux conseils très personnels : le casque sur les oreilles les yeux fermés ou allongé dans la pénombre ..vous m'en direz des nouvelles .  Évasion spirituelle et euphorie sonores  garanties !
Commençons par " Jet Black Hallucinations " qui portent bien son nom avec trois titres pour plus de 40 minutes  de musique totalement hallucinée . Le trio nous embarque pour un voyage interstellaire , la combinaison spatiale est prête , c'est parti ! Les sons que dégagent les trois musicos est incroyable : la basse vrombit d'une force impressionnante qui  propulse inexorablement le vaisseau Blown Out vers son  propre orbite spatio temporel . Écoutez ce " Transgalactic World Eater " et vous comprendrez . La batterie n'est pas en reste qui assène imperturbablement ses coups de massue rythmique et donne une force tellurique à l'ensemble pendant que la guitare distille ses chorus spacy psychédéliques gorgés de fuzz  , de reverb et de delay .Un bon exemple est " Jet Black Hallucinations " sur lequel la section rythmique assure un groove incroyable récurent pendant que les guitares délivrent  de vibrants riffs cosmiques . Trois compositions instrumentales , trois atmosphères différentes , trois titres hypnotiques qui défient les lois de la  gravitation universelle .  Au casque ou sur vos meilleurs enceintes expérience sonique et décollage garanti !
"Multiverse Hypnosis " cassette deux titres  est du même acabit . Prises alternatives de la session "Quantum Shift On Plague Mothership" et  retravaillées  , cette édition  offrent à travers  deux compositions  près de 40 minutes de fantastiques moments de réjouissance auditive . La première partie est supportée par un tempo lourd et répétitif qui pénètre tous les pores de la peau laissant encore un fois le chant libre à Mike Vest pour ses digressions sonores . Impossible de ne pas être happé par ces riffs éthérés et psychédéliques qui vous laissent tous les sens en éveil . La deuxième partie continue sur cette lancée , les notes se succèdent en totale apesanteur et flotte dans votre esprit avec légèreté et volupté . La basse de J.Hedley virevolte inlassablement autour de vos oreilles , la batterie de M.Batty assène  ses lourdes pulsations avec entêtement  et la guitare  de M.Vest délivre une série de chorus vaporeux et  aériens . Magnifique !


  1. Facebook Blown Out
  2. Bandcamp
  3. Golden Mantra Bandcamp


Line-up :


  • Mike Vest : guitare
  • John Michael Hedley : basse
  • Matt Batty : batterie







Discographie (non exhaustive) :




Jet Black Hallucinations (2015)
1. Jet Black Hallucinations
2. Transgalactic World Eater
3. Ultrawave Communications















Multiverse Hypnosis (2015)
1. Multiverse Hypnosis Pt.I
2. Multiverse Hypnosis Pt.II

















Drifting Way Out Between Suns (2014)
1. Drifting Way Out Betweens Suns
2. Quantum Shift on Plague Mothership















A+,

jeanmid

samedi 31 janvier 2015

Spidergawd



Apres l'excellent album des Mondo Drag  et l’arrivée dans les bacs de ce nouvel opus de Spidergawd on peut vraiment dire que l’année 2015 commence en fanfare . Ce sang frais est aussi synonyme  de qualite avec des musiciens au sommet de leut art et de leur inspiration . Mais revenons quelques instants sur le quartet norvégien : actif depuis tout juste deux ans Spidergawd est un jeune groupe basé à Trondheimn composé  de musiciens vétérans  jouant ou  ayant participé à des groupes comme Motorpsycho ou Moving Oos . C'est justement ce melting pot d’influences diverses - notamment rock progressif et  heavy blues rock - qui fait la richesse et qui donne cette coloration inédite aux compositions de Spidergawd  . Le quartet a déjà un premier LP et plusieurs 7" dans sa besace et "II" qui vient de sortir le 16 janvier dernier via Crispin Glover Records augure des meilleurs auspices pour la suite .Ce disque contient neuf titres qui vous donneront . j’en suis sûr  , une pèche d’enfer ! A commencer par « ...Is All She Says » . Un début acoustique le temps de vous préparer à la belle gifle sonore à venir ; car les riffs gorgés de fuzz débarquent dés 1’44 accompagnés  par une rythmique ultra énergique . Le ton est donné ! « Tourniquet » continue sur le même registre avec un tempo de folie . Aux chorus déchaînés mais dont la mélodie n’est pas absente  répond un chant parfaitement maitrisé qui rajoute encore une couche de dynanisme à l'ensemble  « Crossroads » c’est un groove incroyable impulsé par une basse sous anabolisants couplée à de superbes chorus de guitare fuzzy à souhait . Quant au solo ce garçon a le blues dans la peau ! N’est-ce pas Per ? Mais vous  n’avez pas encore tout  vu ou plutôt entendu ...Per remet le couvert avec un superbe chorus sur « Fixing to Die Blues » qui agrémente à merveille cette perle heavy rock détonnante . Le saxophone de Rolf Martin Snustad fait son apparition sur l’instrumental «  Careulean Caribou » aux accents et sonorités originales mëlant avec bonheur ska , kraut et jazz rock . "Get Physical " apporte quant à lui un tempo et des riffs mélodiques qui donnent envie d'aller se trémousser sur le "Dancefloor " avec un refrain chorale qui sera sans doute repris lors de prochains concerts . Mais la véritable perle de cette deuxième partie d'album est sans nul doute " Made From Sin " : sa rythmique répétitive implacable , des  chorus lors des refrains qui raviront les fans de "Headbanging"  et surtout un titre qui  dégage une énergie incroyable ..et pour finir un solo de toute beauté . Les deux derniers titres qui cloturent cet opus montrent quant à eux la diversité des influences du groupe : "Our Time (Slight Return) " titre épique s'il en est  tout en percussion rappelle les meilleurs groupes de Heavy Metal des années 80 et "Sanctuary " qui sonne je trouve très "West Coast" avec ses chauds  refrains qui font mouche et des soli aux sonorités 70s.
Bon vous l'aurez compris un disque essentiel à ne pas louper !
Page FB du groupe
Page WEB





Line-up :


  • Per Borten : guitare , chant                         
  • Bent Saether : basse
  • Rolf Martin Snustad : saxophone     
  • Kenneth Kapstad : batterie



Discographie (LP):


Spidergawd II (2015)
1. ..Is All She Said
2. Tourniquet
3. Croosroads
4. Fixing to Die Blues
5. Careulean Caribou
6. Gey Physical
7. Made From Sin
8. Our Time ( Slight Return)
9. Sanctuary










Spidergawd (2014)
1. Into Tomorrow
2. Blauer Jubel
3. Master of Disguise
4. Southeastern Voodoo Lab
5. Empty Rooms
6. Million $ Somersault
7. Hard Time Killing Floor Blues











A+,

jeanmid

vendredi 2 janvier 2015

Mes albums préférés en 2014




Toujours difficile de faire un choix avec tous les bons albums qui sont sortis en 2014 , ceux que j'ai eu le temps de chroniquer ou non et ceux que j'ai malheureusement zappés ..Mais comme il faut faire un choix , voici le mien sans ordre particulier . Tous les disques ont été chroniqués sur ce blog .
A bientôt pour de nouvelles découvertes discographiques !

A+ ,

jeanmid



                      Papir IIII





Chronique ICI

















                 Pontiak - Innocence



Chronique ICI

















                     El Paramo S/T




Chronique ICI
















                Seeds of Orbit S/T EP




Chronique ICI
















          Black Bombaim - Far Out EP



Chronique ICI

















                Maha Sohona  S/T



Chronique ICI

















         Bask - American Hollow EP 




     Black Moon Circle - Andromeda EP








Chronique ICI





















Chronique ICI

















           Fever Dog - Second Wind






Chronique ICI















            Stubb - Cry of the Ocean 




Chronique ICI










samedi 20 décembre 2014

Mondo Drag



Je viens de me rendre compte que je n'avais encore jamais parlé de Mondo Drag sur mon blog . Eh bien réparons cette injustice ! Le groupe formé en 2006 a déjà commis deux albums  et le nouvel LP éponyme sort le 16 janvier prochain  via l'excellent label Kozmik Artifactz. Après l'écoute de ce nouvel opus force est de constater que malgré un changement de  line-up ( la section rythmique composée de Zack et Cory  partie rejoindre  Blues Pills en Suède ) depuis la réalisation de New Rituals  l'inspiration est toujours au rendez - vous . Sous la houlette du trio d'origine , le groupe évolue dans un style unique au croisement du Heavy rock  aux sonorités vintage rappellant  des groupes des années 70 comme Deep Purple , Uriah Heep ou Jethro Tull , du Rock space - psychédélique des Pink Floyd  ou Hawkwind voire du Prog Rock . Ce nouvel album recèle de belles pépites musicales aux mélodies raffinées , aux atmosphères variées et addictives . Si nous  explorions un peu plus en détail cet album avec le magnifique instrumental " Pillars of the Sky " qui nous ramène plus de 40 ans en arrière , à l'époque des Pink Floyd pré - Dark Side of the Moon avec ces atmosphères planantes merveilleusement mises en relief par les mélodies de claviers hypnotiques et ces chorus de guitares savoureux . "Crystal Visions Open Eyes " comme " Zephyr " sont deux autres grands moments de cet album : un orgue qui virevolte comme aux temps  des valeureux Jon Lord ou Ken Hensley ( éoutez - moi ce solo sur "Zephyr" )  , des guitares à l'unisson qui caressent vos oreilles avec des chorus  de toute beauté comparables au niveau mélodique aux meilleurs soli des suédois de Graveyard . "The Dawn " est du même acabit : les mélodies sont tenues par le couple orgue / guitare  , la rythmique assure le tempo vaillamment sans relâche  et alors côté solo - mon Dieu - c'est l'extase - tout en doigté les guitares scintillent alternativement  à droite puis à gauche laissant nos sens en émoi . Superbe ! Ne comptez pas sur le groupe pour faire une pause . " Plumajilla " continue sur sa lancée avec des chorus de guitare stéréophoniques  beaux et mélodieux qui s'entrecroisent pour notre plus grand plaisir avant de céder la place à quelques jolies notes de flûte !. Attendez . Vous croyez le titre arrivé à son terme . Mais non ! Soudain la deuxième partie instrumentale prend la suite .Trois minutes de bonheur intense :  les notes enchanteresses s'insinuent comme par miracle dans vos oreilles ; vous vous sentez tout d'un coup plus léger et une sensation de bien être s'empare de vous ... quel moment magique ! Mondo Drag délaisse pour quelques instants l'orgue pour les synthés sur "Shifting Sands" et encore une fois le résultat est au rendez - vous . Plus de cinq minutes de mélodies psychédéliques enivrantes couplées à un chant aérien et des notes de guitares tout en "glissando" . La rythmique joue ici les métronomes avec ses frappes récurrentes qui accompagnent parfaitement les envolées mélodiques des synthés et des guitares . Un régal ! " Snakeskin "clôt ce chapitre  . Le titre alterne entre douceur et énergie ,  entre puissance des riffs et refrains mélodieux .. Tous les instruments sont à l'unisson  . La guitare , les percussions , la batterie , la basse comme  le chant contribuent à donner cette impressionante magnituede sonore qui va crescendo jusqu'à son paroxisme final .
Un fabuleux album tout simplement immanquable !
Page Web du groupe ICI
A écouter LA

Line-up : 


  • John Gamino : chant , claviers                     
  • Jake Sheley : guitare
  • Nolan Girard : guitare , claviers
  • Andrew O'Neil : basse ( sur le dernier album )
  • Ventura Garcia : batterie ( sur le dernier album )









Discographie (LP): 



Mondo Drag (2015)
1. Zephyr
2. Crystal Visions Open Eyes
3. The Dawn
4. Plumajilla
5. Shifting Sands
6. Pillars of the Sky
7. Snakeskin












New Rituals (2010)
1. New Rituals
2. Light as a Feather
3. Love Me ( as a Starnger)
4. Come Through
5. Fade Out
6. Serpent Shake
7. True Visions
8. Apple
9. Black River
10. My Oh My
11. Tallest Tales








Holy Spirit (2008)
1. Holy Spirit
2. Autum Sun
3.Light As a Feather
4. Through the Eyes of Serpents
5. Death Rattles
6. Black River
7. My , Oh My
8. Cosmic Blues
9. Into the Hollows
10. We Are Echoes
11. Bardo Cycle
12. Apple






A+,

jeanmid





vendredi 12 décembre 2014

The Dirty Streets - Blades of Grass


A cette époque où l'on fait le bilan de l'année écoulée je vous propose de revenir  quelques instants à l'année 2013 le temps de zoomer sur le dernier disque en date des Dirty Streets " Blades of Grass " sorti chez Alive Naturalsound. Je suis en effet accro à cet excellent groupe américain présenté Ici il y a deux  ans déjà. Fidèles à leurs précédentes galettes le trio basé à Memphis  a composé 11 titres d'un Heavy Blues Rock sacrément réjouissant . Gros riffs de guitare , chorus impeccables  , chant coloré  d'émotion et une rythmique groovy sont les quelques recettes de cet album . Comme leurs compatriotes The Brought Low ou The Black Crows les  morceaux fleurent bon les campagnes verdoyantes , les paysages immaculés  et   les sonorités vintage  qui sonnent comme un vibrant hommage aux  racines du rock  .Des riffs qui vous rentrent immédiatement dans le crâne comme ce " Stay Thirsty " mené par une guitare aux accords bluesy  légèrement overdrivés  , un piano survolté ( avec Rick Steff  aux manettes ) et un tempo dynamique .
Autre titre qui vaut son pesant d'or : " Movements #2 " magnifique acoustique en totale apesanteur  qui rappelle les belles atmosphères de certains Led Zep  avec juste quelques belles  percussions en guise de rythme ; un régal !  " Keep an Eye Out " revient aux sonorités " roots " bluesy , un chant qui dégage une couleur et une chaleur incomparable ; le groove est assurée par une section rythmique impeccable ."Blades of Grass "  et son tempo syncopé , ses riffs gras légèrement  distordus vous donnera sans aucun doute l'envie de taper du pied en cadence et d'accompagner de la voix ce petit chorus bluesy - merci Monsieur Toland ! Dans un registre vintage écoutez ce " Try Harder " et ces touches de clavier complété par encore de sacrées belles partie de guitare qui vous ramèneront directement aux années 70  . " I Believe I Found Myself " est encore un bel exemple de l'association réussie entre claviers et guitares sans parler d'une mélodie imparable  et de refrains qui sentent bon le Sud des Etats Unis ;  cerise sur le gâteau d'éclatants soli qui vous prennent aux tripes .Si pour se reposer de toute cette débauche d'énergie on fermait les yeux quelques instants en écoutant le somptueux instrumental "Twice " qui nous transporte loin du  bruit de la ville vers des contrées lointaines gorgées de soleil ( on a bien besoin en ce moment ! ).
Superbe album à écouter ICI
Page Facebook du groupe .




Blades of Grass ( 2013)
1. Stay Thirsty
2. Talk
3. No Need to Rest
4. Movements #2
5. Try Harder
6. Blades of Grlass
7. Keep an Eye Out
8. Heart of the Sky
9. Truth
10. Twice
11. I Believe I Found Myself







A+,

jeanmid

samedi 29 novembre 2014

My Brother The Wind - Once There Was a Time When Time And Space Were One



Un nouvel album des suédois de My Brother The Wind est toujours un moment attendu avec impatience . Il est comme une friandise ou comme un bon vin  dont les différentes saveurs et arômes apparaissent progressivement lors de la dégustation . Eh bien ce nouvel opus ( 3ème du collectif ) est un peu comme ça : plusieurs écoutes sont nécessaires pour découvrir  les subtils arrangements , toute la délicatesse qu'il recèle . Une superbe production ( sans pour autant renoncer à l'enregistrement entièrement analogique ) qui met en valeur toute la musicalité des quatre musiciens dans  ces compositions improvisées , véritables jams aériens . Cette nouvelle galette qui est sortie mi-octobre dernier via Free Electric Sound comporte neuf titres instrumentaux mélangeant rock psychédélique, space ou krautrock  avec des guitares aux avant poste soutenues par une solide section rythmique .Les différents morceaux qui s'imbriquent parfaitement les uns aux autres sont  tous aussi délicieux à l'oreille même si quelques grands moments se dégagent du lot . " Song of Innocence " est l'un de ceux - là : plus de onze minutes de somptueuses mélodies aériennes , véritable voyage sonore qui rappelle quelque belle épopée floydienne des années 70 où ce qui importait n'était pas la longueur des morceaux préformatés mais l'émotion qu'ils dégageaient. "Into the Cosmic Halo" et sa rythmique hypnotique qui revient nous hanter encore et encore . Les chorus inventifs et magiques de Mathias Danielsson et Nicklas Barker virevoltent autour de nos oreilles , conquises .Le trop court "Misty Mountainside " apporte une très belle touche acoustique à l'album , mélange de grâce et de mystique . On est littéralement happé par le tempo de "Garden of Delights "   qui se répète à l'envie inlassablement bientôt accompagné par des mélopées entêtantes qui gagnent progressivement en intensité remplissant bientôt une grande partie de l'espace sonore . Un délicieux périple où vous gouterez aux subtiles senteurs de jasmin vous attend ..

Superbe réalisation à écouter ICI
Page FB






Once There Was a Time When Time And Space Were One ( 2014)
1. Song Of Innocence part 1
2. Song Of innocence part 2
3. Into The Cosmic Halo
4. Misty Mountainside
5. Garden Of Delights
6. Thomas Mera Gartz
7. Once There Was A Time When Time And Space Were One
8. Epilogue
9. Prologue 









A+,

jeanmid

 



samedi 15 novembre 2014

Mother Corona


Cela faisait quelque temps que je n'avais pas écouté un sacré bon album de Stoner Rock . Eh bien c'est chose faite avec ce nouvel opus des anglais de Mother Corona ( groupe formé en 2008 et basé à Dicot non loin d'Oxford )  . Ce deuxième LP est vraiment une réussite . Tout y est  : des riffs lourds et mélodiques , une section rythmique  hyper dynamique  , un chant d'écorché vif haut en couleur et des soli d'anthologie . Un sacré lot de brûlots qui dépotent croyez moi ! Le trio  grand breton n'a pas lésiné avec ce troisième manifeste qui contient pas moins de 15 morceaux . Côté zique  c'est du solide : du stoner rock pur jus qui flirte dans les notes graves comme il faut sans occulter les mélodies . Une production digne de ce nom couronne le tout . Quelques titres incontournables ? Eh bien si vous avez besoin d'un bon décrassage des oreilles je vous conseille l'écoute à fort volume de "Wax " . Des riffs en béton armé et surtout un GROOOOVE comme ça ! Lee Cressey s'en donne à cœur joie et ça s'entend avec de superbes chorus qui vous scotchent dès la première écoute  . " Return " est un autre titre remarquable . Une voix aux intonations particulières et aux accents maléfiques mise en valeur par des guitares au diapason  : la basse qui vrombit et donne le relief qu'il faut à un tempo en éruption , la six cordes  en folie avec un jeu complètement endiablé . "Dead Space "  ne relâche pas d'un cran la pression avec un tempo hallucinant tout au long de ce morceau et une mélodie qui donne envie de taper du pied en cadence . Les riffs  sont puissants et répétitifs . Parfait pour se réchauffer les neurones par ces temps de froideur ! Une autre pépite est ce " Stone Cold Universe " avec ces riffs entêtants et corrosifs encore une fois superbement encadrés par une section rythmique percutante et survoltée qui apporte toute sa  puissance  . "Master Bizarre " est du même acabit avec une force de frappe sonique  impressionnante : un déluge de riffs carrés et massifs  et un chorus aérien de toute beauté .   " Ashes We Leave " montre le groupe en version instrumentale : la basse est monumentale avec ses sons hyperfuzzés , Dave O. qui martèle ses fûts comme un malade et Lee en  maitre " ès 6 cordes " qui descend quelques gammes à la vitesse de l'éclair pour notre plus grand bonheur .
Un conseil allez découvrir cet album au plus vite !
A écouter ICI
Page Facebook



Line-up :



  • Lee Cressey : guitare
  • Dave O. : batterie , chant
  • Rob Glen : basse



Discographie (LP) :


Return (2014)
1. Cut the Rope
2. Wax
3. Black Acid Morning
4. Reburn
5. Dead Space
6. Preacher
7. Vertigo Terror
8. Hangover
9. From Me to Nowhere
10. Stone Cold Universe
11. Sunseeker
12. Master Bizarre
13. Ashes We Leave
14. Enough Time Spent
15. Lily Mae




Out of the Dust ( 2012)
1. Hedonist King
2. Sunscope
3. Sonic Tomb
4. Cosmic Collisions
5. Quaalude '74
6. V.A.G.
7. Nuclear Winter
8. Out of the Dust









A+,

jeanmid


vendredi 31 octobre 2014

Stubb - Cry of the Ocean




Celui-là ça faisait quelque temps qu'on l'attendait avec impatience ! Stubb est un groupe que l'on suit et qu'on ne lâche pas comme ça ! Ce deuxième LP  sortira officiellement le 14 novembre aux States et à partir du 17 novembre en Europe  via le très dynamique label Ripple Music , deux ans après leur dernier album que je vous avais présenté ICI. Le trio anglais a  vraiment mis le paquet : une superbe production qui apporte  une incroyable épaisseur aux huit titres qui composent cet album . Par ailleurs cet opus est je trouve plus ambitieux que le précédent tant dans la richesse des sonorités que dans la diversité des compositions . Certes les racines Heavy Blues  vintage à la Hendrix sont toujours présentes mais le groupe embrasse également de nouveaux horizons musicaux qui sont manifestes sur " Cry of the Ocean " , "Snake Eyes " ou " You'll Never Know "  morceaux qui figurent selon moi avec " Heartbreaker " ou " Devil's Brew" parmi les plus inspirés de cet LP .
 Les mélodies sont superbement travaillées comme les refrains qui apportent un côté festif , joyeux à cet album . Prenez le très hendrixien "Devil's Brew " auquel le trio londonien a la bonne idée de rajouter quelques chœurs que l'on a envie de reprendre avec eux ou " Heartbreaker " , hommage manifeste à Led Zeppelin dont la première partie acoustique est carrément émouvante - j'ai adoré ce petit passage de slide guitare à la fin . L'album ouvre sur " Cry of the Ocean " Part 1 et l'on se retrouve immédiatement happée par des vagues bienfaisantes d'allégresse que diffuse ces magnifiques mélodies hypnotiques  même quand la pédale de fuzz est enfoncée . Le groupe nous réserve le meilleur pour la fin avec deux titres de plus de plus 7 minutes : "Snakes Eyes " sur lequel l'alchimie entre sonorités vintage - notamment de belles phrases de clavier - et chant mélodieux additionné à  un tempo langoureux opère à 200 % ; un superbe final qui laisse la place belle à un chorus totalement débridé et à une ambiance musicale digne des premiers Santana . "You'll Never Know " clôture ce deuxième chapitre  qui alterne entre riffs fuzzés doublés d'effets  psychédéliques et de superbes passages aériens qui n'auraient pas détonné dans un album des Floyd  . En résumé une galette vraiment réussie qui montre un trio londonien inspiré et en grande forme .
Fortement conseillé !
Site officiel du groupe ICI





Cry of the Ocean (2014)
1. Cry of the Ocean Part 1
2. Cry of the Ocean Part 2
3. Heavy Blue Sky
4. Sail Forever
5. Heartbraker
6. Devil's Brew
7. Snake Eyes
8. You'll Never Know








 

A+,

jeanmid



samedi 18 octobre 2014

Slow Season - Mountains

 


C'est un bel hommage à la fin des 60 / début des 70s que rendent les Slow Season à travers ce nouvel album " Mountains " qui sortira le 11 novembre prochain via Riding Easy Records . Le quatuor californien que je vous avais présenté ICI en 2012 a fait du chemin entre temps ; parcourant les scènes californiennes et des États Unis ,  le groupe a propagé un buzz tout à fait mérité autour d'eux . Ce deuxième opus a été conçu et fabriqué avec la même recette que le précédent : enregistrement à l'ancienne dans le Home Studio de Cody Tarbell avec magnéto à bandes  en full analogique  et des  prises capturées "live"  . Le résultat est à là : des compositions de  Heavy Blues Rock hyper efficaces aux sonorités vintage , un rendu acoustique parfait ,  de la spontanéité , des riffs qui sonnent et un chant en parfaite harmonie . A l'écoute des premières notes de cet album impossible de ne pas penser à Led Zeppelin : que ce soit les riffs , les chorus , les percussions et même le chant  , tout transpire l'esprit de ce génial groupe britannique . Mais attention si les influences du Zeppelin sont manifestes sur la plupart des  titres , les dix morceaux qui composent cette galette  restent vraiment originaux et méritent sans aucun doute d'être découvertes . Prenez " Sixty Eight " avec ce riff bluesy de damné qui vous prend aux tripes et vous embarque directement  40 ans en arrière sans passer par la case "Départ" . Le fantôme de John Bonham plane également sur la rythmique que Cody Tarbell soutient comme un forcené ...et je ne vous parle pas de ce solo dément qui couronne le tout ." Synanon " allie la mélodie  et la subtilité des parties acoustiques  ainsi qu' un chant éthéré  avec l'énergie  massive dégagée par ces  superbes riffs de guitare saturés . "King City " c'est une basse  rouleau compresseur au groove impeccable qui tient la cadence doublé d'une batterie ultra percutante  complété par des guitares en furie . "Damo's Days " est lui aussi un autre de ces brûlots : des riffs endiablés et tranchants secondés par une section rythmique de folie , un refrain qui rentre dans le crâne dès la première écoute et un chorus de toute beauté . "Shake " c'est du pur heavy rock n roll qui vous donnera la bougeotte et l'envie de vibrer  en cadence avec ces riffs hors du temps derriere lesquels plane  l'ombre de Jimmy Page .  Sur " Ain't Gonna Listen " c'est l'air  de  "Sympathy for the Devil " des Stones que rappelle cette mélodie au piano répétée à l'envie comme une mélopée desespérée auquel répond un chant totalement habité .
Vous n'êtes pas encore convaincu ? Eh bien allez écouter le premier titre extrait de l'album ICI .
Site WEB du groupe .





Mountains (2014)
1. Sixty Eight
2. Synanon
3. King City
4. Damo's Days
5. Shake
6. Ain't Gonna Listen
7. Endless Mountain
8. Wasted Years
9. Apparition
10. The Defector









A+,

jeanmid